Le fantastique n’est pas de la fantasy mais les deux peuvent être merveilleux.

Je croise parfois des personnes qui ne connaissent pas la différence entre le fantastique et la fantasy. Aucun reproche ou mépris là dedans : je n'ai appris la différence que parce que j'ai cherché comment classifier "Le Lien du Ganvras". 

A force de l'expliquer, j'ai fini par avoir une définition qui fonctionne plutôt bien : le fantastique, c'est notre monde avec un élément qui n'y est pas d'ordinaire. Si on prend Superman  par exemple, on y trouve bien les USA, du reste du globe, donc notre monde, mais Superman est l'élément qui n'y est pas ordinaire. Si on va plus loin dans la définition, le fantastique se situe dans un monde bien codifié, que ce soit par ses us et coutumes, ses lois etc., où l'extraordinaire vient s'incruster sans que le monde y soit habitué ou même préparé. Quand le couple Kent, pour rester sur l'exemple de Superman, trouve le petit kryptonien, le monde ne connaissait personne capable de faire ce que fera ce super héros.

Cet élément est la ligne de démarcation entre le fantastique et le merveilleux. Les histoires appartenant à ce dernier reprend la première partie de la définition, mais se situera dans un monde où l'extraordinaire est totalement accepté, habituel. Les contes de fée sont à classer dans le merveilleux. Une marraine fée ? Normal !

La fantasy, quant à elle, est un univers créé de A à Z. La terre du Milieu, univers du Seigneur des Anneaux de Tolkien, avec sa géographie, sa population etc., n'existe nulle part sur la planète. Nous sommes donc dans la fantasy. Il arrive qu'il soit résumé fantasy = orcs, elfes, nains etc., sûrement dû aux jeux vidéos, mais ça serait très réducteur que de s'en tenir là. Westeros, dans le Trône de fer, pour prendre un exemple dans l'air du moment, n'est peuplé que d'humains… Enfin, on ne parle pas de ce qui est au-delà du Mur, c'est pourtant bien de la fantasy. David Eddings, avec, par exemple, la Belgariade, avec sa suite la Mallorée, n'a pas posé non plus d'univers avec des elfes ou autre créatures du même type.

Je ne vais pas complexifier tout ça en disant que les univers d'Eddings sont aussi à mettre dans le merveilleux, puisque l'apparition des Dieux face aux humains ne gênent en rien ces derniers, ni parler ici de toutes les sous catégories qui peuvent exister en fantasy. Déjà, parce que je ne les connais pas toutes, j'ai du mal à savoir à laquelle appartient "Le Lien du Ganvras", mais surtout parce que la liste est vraiment très longue. Mais au moins, là, les bases sont posés pour différencier correctement le fantastique et la fantasy. Néanmoins, si vous trouvez qu'il y a besoin de plus de détail, n'hésitez pas à le demander dans les commentaires.

Des pistes de lecture, en plus ce qui a déjà été cité :

Pour le fantastique, je conseillerais Edgar Poe, je ne suis pas sûr qu'il soit le précurseur du fantastique, mais il en a établi pas mal de règles. Un classique à découvrir. Pour rester dans le classique, il y a aussi "La métamorphose", une nouvelle de Kafka. J'ai découvert l'univers fantastique avec ce texte. Lovecraft est aussi à citer dans ce type de romans. Concernant la fantasy, s'il ne devait y avoir qu'une lecture, hormis ce qui a été dit au dessus, ça serait l'oeuvre de Pratchett, décédé récemment. Bien évidemment, il existe un paquet d'autres oeuvres de qualité dans ces types de romans.

Un jour, peut-être, je parlerai de la différence entre la fantasy et la Science Fiction, alors même que certains auteurs se sont amusés à mélanger ces deux genres. Un jour. Peut-être.

3 thoughts on “Le fantastique n’est pas de la fantasy mais les deux peuvent être merveilleux.

  1. Pingback: Les éditions Bragelonne —

  2. Ah, la différence entre fantasy et Science-fiction. <3 Tu vas rappeler aux fans de Star Wars que non, à part peut-être pour des aspects de l'UE, les films n'ont absolument rien de S-F et sont bien de la fantasy dans l'espace ? :')

    J'avais eu la même définition du fantastique pendant mes cours à l'époque, quand on avait étudié Maupassant : c'est notre univers (et, surtout, ça démarre bel et bien comme notre univers), dans lequel un élément fantastique/surnaturel est introduit, on part sur la déviation que ça crée vis-à-vis de notre univers.

    • Tu vas encore plus brouiller les pistes là. ^^ Un article sur la SF est prévu, j’en ai un autre sur le feu actuellement, il mijote tranquille. En avant-propos, je dirais juste que la S-F peut être, aussi, de la fantasy. J’ignore s’il y a un nom pour ce type de roman / film, je tenterai de me souvenir de fouiller un peu ça pour l’article. Mais Star Wars, c’est bien de la SF, mais c’est aussi de la fantasy.

      Effectivement, Maupassant a écrit du fantastique, en fait il en a même écrit beaucoup. On a souvent tendance à penser qu’aucun auteur dit « classiques » ne fait pas parti du groupe « fantastique », alors qu’en fouillant même juste un minimum, on en trouve un paquet.

Laisser un commentaire